Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/12/2009

Back from the park

Je l'avoue, la veille de mon départ au parc Torres del Paine, en observant le ciel s'assombrir et entendant le vent souffler, en m'activant pour rassembler le matériel et la nourriture nécessaires à cinq jours en pleine nature, en essayant de limiter au maximum le poids de mon sac à dos, je n'en menais pas large...

Je l'avoue, le matin de mon départ, en voyant la pluie tomber, battue par ce même vent, en sentant le froid s'infiltrer dans mes habits, tandis que j'attendais le bus qui m'amènerait à l'entrée du parc, je me suis demandé si tout cela était vraiment une bonne idée...

Je l'avoue, en entamant la première montée - la plus dure du trek, ai-je appris par la suite - en entendant mon dos, mes mollets, mes genoux crier leur mécontentement, j'ai été à deux doigts de rebrousser chemin...

Eh bien, je suis contente d'avoir persévéré! Les paysages en valaient largement la peine (et je peux vous dire, de la peine, il y en a eu. Mon dos s'en souviendra longtemps...) Mais je crois que je ne serais pas allée bien loin, si je n'avais pas rencontré, dès ma sortie du bus, un groupe avec qui j'ai marché tout le trajet: trois Hollandais et un Suédois, que voici:

PC233538web.jpg

Les encouragements mutuels, les repas en groupe, les impressions échangées, les parties de dés, tout cela a largement contribué à la réussite du séjour. Sans parler de ce 24 décembre passé le dernier soir en leur compagnie - et avec des dizaines d'autres backpackers affamés - dans un refuge qui servait un repas spécial de Noël: un buffet à volonté, des desserts à n'en plus finir, le tout dans un décor de rêve... Inoubliable souvenir...

Revenons-en aux paysages. Chaque jour différents, entre lacs de montagne, vert émeraude ou bleu glacial, sommets enneigés ou pics de granite, forêts d'arbres nains souvent dévastées par le vent, collines verdoyantes à perte de vue, torrents et chutes d'eau, ponts de bois à traverser - pas plus que deux personnes à la fois! - et, au détour de chemins, guanacos, condors et autres volatiles non identifiés mais ô combien dépaysants.

Un véritable enchantement, déroutant, permanent, pour les yeux. L'impression - comment dirai-je? - d'arpenter le monde, de me retrouver au cœur des éléments. Je crois avoir déjà utilisé cette expression lors de certains autres voyages, mais elle s'applique ici également: le sentiment d'être, face à cette nature, bien petit, mais vivant.

Et même si la pluie, le froid, le vent - toujours cet inlassable vent, qui empêche parfois d'avancer - et la neige aussi, se sont invités au programme (j'ai eu droit à un cadeau de Noël le 25 au matin: de l'eau dans ma tente, ce qui m'a encouragée à rentrer un jour plus tôt...), je ne regrette pas une seconde de m'être aventurée à Torres del Paine.

P.S. La suite du programme: quelques jours de repos à Puerto Natales avant de repasser du côté argentin, à El Calafate. En attendant, je prévois quand même une excursion dimanche dans un autre parc national, cette fois en bateau, pour admirer fjords et glaciers... Photos à suivre! Celles de Torres del Paine sont d'ores et déjà là.

23:02 Publié dans Voyages | Lien permanent | Commentaires (8)

Commentaires

Je l'avoue, nous n'étions pas tout à fait rassurés quand tu nous a annoncé ton intention de t'y lancer seule avec tente et sac à dos
Je l'avoue, c'est avec un immense soulagement que nous avons appris ton retour (presque indemne) à la civilisation
Je l'avoue, nous sommes conscients que nous n'avons pas fini de nous en faire
Je l'avoue, nous sommes aussi très contents de toute cette aventure

Écrit par : Georges | 27/12/2009

Le père, Georges avoue son inquiétude, a priori et sa fierté a postériori!!! j'avoue aussi qu'à sa place je me serai fait du souci et en même temps une bouffée d'orgueil m'envahirai: elle l'a fait...Tania tu avais raison de craindre, tu avoues tes hésitations, la morale, si il y en a une: le groupe t'a permis de te dépasser. Encore quelques difficultés à franchir?

Écrit par : roger de Monique | 27/12/2009

Quelle courageuse aventurière tu fais ! Bravo, ton audace a été largement récompensé et tu suscites notre admiration !

Écrit par : hélène | 27/12/2009

Ma petite Tania qui affronte seule tous ces éléments déchaînés à l'autre bout du monde ! Comment Mamy va-t-elle te sortir de là ? Cela a commencé par les jeux de piste et voilà où ça finit. Mais, chapeau, je ne suis pas surprise de tes exploits.
Mamy

Écrit par : Mamy | 27/12/2009

Et alors, ces fjords et glaciers, comment? Valent-ils ceux de Norvège? Ton tour du monde est-il à la hauteur de tes espérances, jusqu'ici? Bonne suite d'aventures, je me réjouis de lire la suite! A tout bientôt! Bisous

Écrit par : Mélanie | 28/12/2009

Oui, oui, comment Mamy va-t-elle te sortir de là? Je me pose aussi la question... Plus sérieusement, chère Tania, j'ai beaucoup de plaisir à suivre tes pérégrinations par le texte et par l'image (souvent excellentes, les photos!). A la veille de la nouvelle année, je t'adresse mes bons voeux et te souhaite le meilleur pour la suite!

Écrit par : joel | 28/12/2009

Hé ben ma chère Tania, je n'en attendais pas moins de toi: une vraie Goéland en vadrouille, et des rappels de raids de 1ère classe, non ? Ici on a accueilli 2 futures voyageuses le matin du 24: Estelle et Marion ! Grosses bises

Écrit par : Odile | 29/12/2009

Mélanie, pour répondre à ta question: non, les fjords ici n'égalent pas ceux de Norvège. Mais je ne les ai pas tous vus... J'ai hâte d'admirer avec toi ceux de Nouvelle-Zélande! Bisous

Écrit par : Tania | 31/12/2009

Les commentaires sont fermés.