Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/01/2010

Je vais à Rio...

C'est ridicule comme titre, je sais, mais depuis trois jours, j'ai la mélodie de cette chanson de Claude François qui me trotte dans la tête (ainsi que celle de Copacabana)... ;-) Enfin bon, passons.

Si je ne devais retenir que dix choses de mon séjour à Rio, ce serait...

... la formation géographique si particulière du site: une multitude de collines escarpées, verdoyantes à souhait, autour desquelles s'infiltre la mer et s'étend la ville, ses anciens palais, ses églises, ses maisons coloniales, ses buildings...

P1194206web.jpg

... les fameuses favelas qui s'accrochent à ces mêmes collines et sans lesquelles Rio ne serait pas vraiment Rio...

... la baignade sur la plage de Copacabana alors que le soleil descendait lentement derrière les buildings, inondant le sable et ses occupants d'une lumière presque surnaturelle...

P1194194web.jpg

... les beignets de bacalhau (morue), dégustés en marchant dans les rues de la ville. Et, toujours dans le domaine culinaire, la crème sucrée d'avocat (un délice!) et l'eau de coco sirotée à même la noix...

P1214307web.jpg

... la balade nocturne, dans le quartier populaire de Lapa, au rythme de la samba...

... la statue du Christ Rédempteur qui, où que vous vous trouviez dans la ville, semble vous suivre de son imposante silhouette...

P1204274web.jpg

... le sentiment pourtant de ne jamais vraiment pouvoir se repérer dans cette ville et dans son dédale de rues et de tunnels...

... la chaleur, les palmiers, la forêt urbaine de Tijuca, les singes jouant avec les touristes sur la colline du Pain de sucre, l'odeur de l'humidité: tous ces détails qui rappellent que Rio se trouve en zone tropicale...

P1194232web.jpg

... l'origine du nom de cette ville: lorsque l'explorateur portugais Gaspar de Lemos a découvert ces lieux en janvier 1502, il croyait se trouver à l'embouchure d'une rivière. Il baptisa donc le site «Fleuve de Janvier»: Rio de Janeiro...

... et pour rester dans le même registre, l'étymologie du mot Cariocas, qui désigne les habitants de la ville. Selon la légende, il viendrait d'un torrent de Rio où vivait un petit poisson (acari) dans une maison de coquillage (oca, dans la langue des natifs du pays)...

02:01 Publié dans Voyages | Lien permanent | Commentaires (2)

Commentaires

Lespremiers mots de la chanson, bien antérieure à ta venue au monde, étaient: "Si tu vas à Rio, n-oublie pas de monter là-haut..." la samba était brésilienne( à l'européenne), Dario Moreno, tu connais? non! un grand-et gros- chanteur des années 50/60, finalement pas si vieux tout ça, contemporain des maestros du tango...quand même une autre ère!!! Du Rio de la Plata à Rio Janeiro, un autre monde? Merci pour la maison du petit poisson, mignon comme tout.

Écrit par : roger de Monique | 23/01/2010

Oh Tania ! béni soit ton post, tu ne sais combien j'espérais trouver un mot de toi ! Ce soir tu es LA personne au monde que j'aurais le plus envie de voir et de serrer dans mes bras. Je reviens du théâtre, où j'ai vu Portrait d'une femme. Je me sens toute retournée et pas précisement au meilleur du moral. Beaucoup de souvenirs, beaucoup d'émotion, quelques regrets.
C'est un texte magnifique, qu'on ne se lasse pas d'entendre.
Enfin...pardonne-moi si mon message est un peu déplacé, étalé ainsi en public et sans rapport avec Rio.
Ravie de t'imaginer au soleil des tropiques. J'aimerais bien partager une eau de coco !
gros bisous

Écrit par : Valentina | 24/01/2010

Les commentaires sont fermés.