Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/03/2010

Une vie de citadine

Une nouvelle étape de mon périple vient de s'achever: Mélanie s'est envolée jeudi dernier pour la Suisse. Peine à l'âme et larme à l'œil... Ensemble 24 heures sur 24 un mois durant, nous voilà séparées. Snif...

Pour me remettre de mes émotions et décider de la suite du programme, je passe quelques jours tranquilles à Christchurch, la ville la plus importante de l'île du sud. Pour la première fois depuis longtemps, je mène une vie de citadine. Chaque matin, direction l'Internet café, situé au pied de la cathédrale. J'ai déjà adopté un chemin de prédilection pour m'y rendre. Après une petite session sur la Toile, je me balade dans le centre-ville qui respire à présent un parfum de familiarité, je traine dans les boutiques, je m'aventure dans un musée, je prends part à une visite guidée des quartiers historiques, j'assiste à une partie d'échec ou à un spectacle des rues...

L'autre soir, grande joie, je suis même allée au théâtre. Petit bijou de pièce néo-zélandaise (Homeland, de Gary Henderson) qui, tout en offrant une immersion dans le monde rural du pays, traite avec brio d'un sujet universel - l'entrée en maison de retraite d'un vieil homme dont les enfants ne peuvent plus s'occuper. Justesse du ton, des sentiments. Et magistrale interprétation. Là encore, quelques larmes arrachées... à toute l'audience, d'ailleurs!

Demain, je repars pour Picton, point de départ du ferry pour l'île du nord. Mais avant de traverser le détroit de Cook, je compte travailler quelques jours dans une ferme biologique de la région, comme je l'avais fait en Argentine. Après la vie de citadine, retour aux champs! Je vous tiendrai au courant, en fonction des connexions internet...

P.S. En parlant de connexion, elle n'est pas très bonne aujourd'hui, pas moyen d'ajouter des photos... De toute façon, j'ai été assez paresseuse ces derniers temps, je n'en ai pas fait beaucoup.

04:52 Publié dans Voyages | Lien permanent | Commentaires (3)

Commentaires

Pas mal la vie de citadine, avant d'aller de nouveau côtoyer et manipuler du biologique, de l'authentique, comme dirait un des personnages de ton film favori d'il y a quelques bonnes années ...

Écrit par : Georges | 01/03/2010

Dis, ça donnerait presque envie de retourner à la ville ce billet-là!

C'est lo Noireaude è lo Marguerite qu'vont pô et' côntent' si j'les laiss' aux champs tout' seules !

Crédieu, t'c'te gâmine, ou's'k'el vô pô nous entrainer !

Écrit par : Kronik | 01/03/2010

La pièce de théàtre me ramène à la réalité, ça me fait frissonner!!! Un peu de tranquilité avant d'attaquer "le cul des vaches", c'est l'accent et les mots de Kronik qui font dévier ma conversation, on pensera à toi dans l'Ile du Nord, un programme...

Écrit par : roger de monique | 02/03/2010

Les commentaires sont fermés.