Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/04/2010

Premiers pas en Afrique du Sud

Quatre jours que je suis arrivée à Cape Town... et une douce torpeur s'est emparé de moi. Adaptation au rythme décontracté du continent, déjà? Mettons plutôt cela sur le compte du long trajet en avion et des huit heures qui me séparent de l'Australie. A prendre également en considération, le délassement à l'idée de poser mes malles durant six semaines au même endroit. Et de redonner une définition au mot maison. Non pas que la vie de nomade me déplaise, mais paresser plusieurs heures au creux confortable d'un canapé avec un bouquin haletant, ça a du bon!

D'autant que ma nouvelle maison a tout pour plaire! Vastes pièces lumineuses et jardin peuplé de palmiers, sans oublier une piscine (trop froide, malheureusement. N'oublions pas qu'ici l'hiver commence à pointer le bout de son nez... ce qui n'empêche pas le soleil de briller!) et une immense cuisine qui me permet de renouer avec les plaisirs du fourneau.

En attendant de rencontrer les pingouins - mardi, j'ai hâte! - j'ai profité de ces quelques jours pour me reposer (cf le canapé et le bouquin haletant), pour papoter avec mes nouveaux colocataires et pour me familiariser avec la ville (même si j'habite en banlieue). Après une balade au cœur des marchés aux puces - et de leurs toiles colorées - j'ai pris un bain de foule sur les quais animés, dégusté de délicieuses crevettes face à l'océan, et visité l'île Robben, où Nelson Mandela était détenu la majeure partie de son incarcération. Dire qu'ici, il y a à peine vingt ans... Impossible à ignorer, impossible à appréhender dans sa totalité, l'histoire récente du pays - et sa situation actuelle - s'inscrivent constamment dans un geste, un regard, une attitude, un mot, une pensée.

15:04 Publié dans Voyages | Lien permanent | Commentaires (5)

20/04/2010

De l'outback à la cité

Saisissant, le contraste entre Alice Springs et Sydney! D'un côté, la petite ville perdue au milieu de nulle part, qui a su développer d'ingénieuses façons de sortir un tant soit peu de leur isolement les habitants des coins les plus reculés du désert. Parmi les exemples les plus frappants, le Royal Flying Doctor, qui vole, littéralement, à leur secours en cas de besoin, et la School of the Air, qui offre une éducation à leurs enfants, via radio (!) hier et internet aujourd'hui.

De l'autre, la métropole (immense! Moi qui me targue de visiter les villes à pied, j'ai eu l'occasion, à maintes reprises, de prendre la mesure de cette cité...) et ses hauts buildings vitrés, ses larges avenues le long desquelles filent les voitures pressées, son port animé... J'y ai passé cinq jours très agréables, entre librairies, cinéma, musées, et découverte des petits quartiers au charme tout anglais - à part les palmiers! - qui entourent le centre. Sans oublier son imposant pont, son incontournable opéra, et sa fameuse plage, Bondi, dont j'ai arpenté le sable avec un plaisir tout enfantin. Et ces couchers de soleil qui baignent les quais de leur lumière magique...

Mais au terme de mon séjour australien - je m'envole dans quelques heures pour l'Afrique du Sud et ses pingouins! J'ai du mal à réaliser... - c'est à l'outback que je pense encore maintenant et je sais qu'une petite parcelle de mon cœur restera à jamais attachée à ce coin du monde si particulier... Décidément, une chose est sûre, je reviendrai un jour de ce côté de la planète.

02:40 Publié dans Voyages | Lien permanent | Commentaires (3)

13/04/2010

Au pays de la terre rouge

Ah mes amis, par où commencer? Assise à la terrasse d'un café, dans la rue principale d'Alice Springs, le cœur empreint de nostalgie à l'idée que l'aventure est finie, je m'imprègne une dernière fois de l'atmosphère de l'outback australien, encore présente ici : 4x4 couverts de terre rouge, insectes en tous genres - en vedette, mouches et sauterelles - magasins offrant au chaland le matériel nécessaire pour affronter le désert... Pour couronner le tout, un Aborigène gratte sa guitare et entonne de sa voix cassée des mélodies country.

Par où commencer, donc? Devrais-je évoquer en premier les paysages surréels que nous avons traversés? Terre rouge, certes, dont le pourpre s'intensifie à mesure que nous progressons à l'intérieur du pays. Mais aussi curiosités géologiques, cratères lunaires, dunes colorées dont les teintes dansent sous les rayons du soleil, lacs salés asséchés - immenses étendues aux étranges reflets qui ont attiré maints pionniers, persuadés de trouver au cœur de l'Australie cette mystérieuse mer alimentant les légendes.

Devrais-je ensuite parler de ces pionniers, justement, de ces premiers hommes - et femmes! - qui ont osé s'aventurer en ces terres hostiles, de ces chameliers afghans dont les précieux animaux, parfaitement adaptés aux conditions arides du pays, arpentent toujours les plaines, de ces fermiers téméraires croyant pouvoir dompter les éléments, de cette ligne de télégraphe permettant enfin de communiquer, de cet ancien chemin de fer aujourd'hui désaffecté mais dont le tracé hante encore les lieux, de ces mineurs traquant l'opale dans la petite ville de Coober Pedy, bastion d'un semblant de civilisation au milieu du désert, où la plupart des habitants vivent sous terre?

Devrais-je poursuivre par la vie en communauté, les feux de camp, les repas préparés en groupe, les fous-rires, la complicité qui peu à peu se bâtit? Par ces nuits passées à la belle étoile - aux belles étoiles, environ un millier - dans des swags (sorte de sac de couchage géant, imperméable), en des lieux improbables, au milieu de nulle part? Par ces couchers de soleil, ces levers de lune, ces nuages dramatiques traversant les cieux?

Devrais-je encore m'arrêter sur ces orages, ces éclairs qui ont animé l'une de nos soirées, ces pluies torrentielles qui ont inondé les routes? Sur cette dernière journée où nous avons bien cru devoir rebrousser chemin? Sur l'adresse de notre chauffeur et guide, slalomant entre les vastes étendues d'eau?

Devrais-je enfin me taire et admettre qu'il est impossible de capturer en quelques mots l'essence de cette expérience? Devrais-je enfin vous inviter à parcourir les photos ajoutées à l'album «Australie» et vous laisser contempler les paysages qui m'ont fait vibrer...?

10:33 Publié dans Voyages | Lien permanent | Commentaires (3)

12/04/2010

Fred dans l'outback australien

Nous voilà de retour, Fred et moi, de notre aventure dans l'Australie profonde. Et quelle aventure! Définitivement l'une des meilleures expériences de mon tour du monde... Pas encore eu le temps de trier toutes mes photos (plus de 500 en dix jours...) et d'écrire un texte à la hauteur de cette expédition. Demain ou après-demain, promis! En attendant et en avant-goût, une photo de Fred sur ce fameux sable rouge qui m'attirait tant...

P4076177.JPG

«Ouh, ben il fait chaud ici!»