Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/05/2010

Pingouins!!! (version longue)

Vous allez certainement vous moquer de moi, mais le soir, avant de m'endormir, lorsque je ferme les yeux, je vois des pingouins... C'est grave, docteur? A en juger par les personnes qui m'entourent ici, pas le moins du monde! Car en termes de pingouinphilie, je ne suis certainement pas la plus atteinte. T-shirts, chapeaux, autocollants, porte-clés: c'est fou tout ce qu'on peut inventer... Bref, mes colocataires et moi partageons la même passion (maladive?) pour ces oiseaux si attachants et particuliers.

Pas surprenant, donc, que nous soyons tout excitées (eh oui, la pingouinphilie est une affection essentiellement féminine) à l'idée de partir travailler les matins. Premier arrêt lorsque nous arrivons au centre, l'espace réservé aux oiseaux résidents qui ne seront malheureusement jamais remis en liberté: ils ne survivraient pas dans le monde sauvage. Nous saluons Rocky, la mascotte des lieux - une sous-espèce de pingouins, ou de manchots, devrais-je plutôt dire, que l'on trouve en principe beaucoup plus au sud. Comment Rocky s'est retrouvée en Afrique, nul ne le sait... mais tout le monde l'adore et elle se laisse volontiers caresser.

Puis nous enfilons nos salopettes vertes imperméables et nos bottes noires (oui, oui, je me ferai prendre en photo un jour pour vous montrer...), et au boulot! Le but du centre? Prendre soin des oiseaux marins qui ont été blessés, empoisonnés, abandonnés, avant de les réintégrer dans leur habitat naturel. Outre une dizaine de pingouins, goélands, cormorans, huîtriers, et fous du Cap occupent les lieux et suivent une routine bien établie. Nous devons les nourrir (selon un régime adapté), les réhydrater (au moyen d'un tube que l'on enfonce dans leur gorge en essayant d'éviter leurs voies respiratoires et en maintenant l'oiseau immobile, le bec ouvert et le cou tendu... si, si, tout ça en même temps, très stressant!), les obliger à nager afin de vérifier l'étanchéité de leurs plumes. Et bien entendu, nettoyer et désinfecter leurs cages et leurs bassins.

Nos journées sont donc bien remplies! Et ponctuées d'événements inattendus, comme l'arrivée d'un bébé pingouin abandonné par sa maman (snif!) que l'on doit réchauffer - nous ne savons pas encore s'il survivra, très faible, paraît-il... - ou d'un autre encore, adulte celui-là, recouvert d'huile et qui n'a aucune intention de rester immobile lorsqu'on lui prodigue les soins dont il a besoin (j'ai une petite cicatrice sur le doigt pour le prouver... ainsi qu'un bleu sur le bras). Dans la série des aventures inhabituelles, l'échappée d'un jeune cormoran que j'ai poursuivi jusque dans le bassin voisin et finalement attrapé au péril... des mes chaussettes! Et bien sûr, la remise en liberté de nos deux pélicans dans la baie... Bonne chance et bon vol!

Comme dans tout «hôpital», il arrive que l'un de nos patients perde la vie, comme ce pétrel géant, immense oiseau noir qui l'espace de trois jours nous a laissé espérer une issue heureuse... Impressionnant de contempler son grand corps immobile, quelques minutes seulement après qu'il a rendu son dernier soupir.

Pour finir sur une note plus joyeuse, je parlerai encore des fous-rires que certains résidents nous donnent, comme ces jeunes cormorans jouant à cache-cache dans l'eau et s'attaquant à un fou du Cap dix fois plus gros qu'eux, ou ces pingouins curieux qui nous suivent du regard et semble nous interroger ou réclamer notre attention. Une fois de plus durant ce voyage, je me retrouve dans un tout autre univers, une toute autre atmosphère, et ça me plaît!

P.S. J'ai posté quelques photos de mes excursions dans la région des vignobles (magnifiques couleurs automnales) et sur la péninsule du Cap.

12:19 Publié dans Voyages | Lien permanent | Commentaires (3)

Commentaires

ça te va bien infirmière! ;-)
ça doit être très spécial d'avoir un quotidien où l'inquiétude est de savoir si rocky a bien bu, ou si Gangster survivra à son attaque. Tout ça en combinaison étanche...

Écrit par : Mélanie | 05/05/2010

J'ai beaucoup aimé la description de ta "basse-cour" grandeur nature. Et les photos sont magnifiques. Mais on commence quand-même à cocher les jours sur le calendrier.

Écrit par : Georges | 05/05/2010

Il y a forcément des "pingouines"(aucun à-peu-près!!!) donc ce n'est pas le masculin qui attire les filles... Alors, infirmière ou aide-soignante? peu importe il s'agit de venir en aide à la gent ailée de l'hémisphère sud, vaste tâche, je reconnais là ton engagement , particulièrement pour les oiseaux, mais dépèche toi, il y a des bipèdes qiui t'attendent.

Écrit par : roger de monique | 06/05/2010

Les commentaires sont fermés.