Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/05/2010

Amoureuse

Comment voulez-vous ne pas craquer en présence d'un petit pingouin de trois jours à peine... ?

P5297409web.jpg

P5297408web.jpg

P.S. Pas eu le temps d'écrire ces derniers jours, mes journées ont été bien remplies! Mais j'essaierai de me rattraper... d'autant qu'il ne me reste plus que deux semaines avant mon retour en Suisse. Difficile à concevoir...

... Bon, je ne peux pas résister, je vous mets encore deux photos du bébé pingouin!

P5297419web.jpg
P5297421web.jpg

19:57 Publié dans Voyages | Lien permanent | Commentaires (5)

22/05/2010

En images

J'ai enfin pu ajouter des photos à mon album! Vous y trouverez donc des images de notre ascension à Table Mountain (et du coucher de soleil ce jour-là, magnifique!), de mon immersion (littérale..) dans l'univers des grands requins blancs (brrr... Moi qui n'ai jamais pu regarder «Les Dents de la Mer» en entier jusqu'à l'âge de 21 ans, j'ai été servie!), ainsi que de ma journée et soirée à la plage de Table View, la banlieue où j'habite. Encore un superbe coucher de soleil... et une semaine entère sans pluie!

22:32 Publié dans Voyages | Lien permanent | Commentaires (2)

20/05/2010

Anges et démons

Gangster, Charlie, George, Isabella... Même si l'on nous dit et nous répète de ne pas trop nous attacher aux oiseaux dont nous nous occupons, difficile, pour certains, de ne pas leur donner un petit nom.

Gangster, dont la posture laisse supposer qu'il est prêt à dégainer; Charlie, le petit bleu (terme utilisé pour désigner les pingouins qui n'ont pas encore atteint l'âge adulte) qui a grandi sous nos yeux; George le curieux, qui pointe son bec à qui mieux mieux, prêt à escalader les murs (ou du moins à essayer) pour découvrir ce qui se passe de l'autre côté; Isabella enfin, une femelle en surpoids qui vient de perdre son partenaire d'une vie et qui est trop déprimée pour s'alimenter...

Impossible parfois de nous mettre d'accord. Fonzy, Fred, the Godfather, Chickydee: autant de noms attribués au même pingouin, un autre bleu dont tout le monde est amoureux. Alors que certains oiseaux redoublent d'effort pour se débarrasser de nous autres effroyables humains, lui se laisse porter et caresser. Pour nous y retrouver lorsque nous parlons de lui, nous utilisons donc son «nom» officiel au centre, 94, qui lui a été donné à son arrivée.

Certains numéros éveillent en nous de bien différents sentiments. 75 pour commencer, une terreur d'oiseau, qui heureusement a été remis en liberté mardi dernier, en même temps que George et Charlie. Et 109, aussi baptisé Emily (en référence à «L'exorcisme d'Emily Rose»...), Le Démon ou le Diable, quasiment impossible à attraper sans se blesser, dont le regard vous suit où que vous soyez, responsable de bon nombre de nos cicatrices...

Si l'on nous dit de ne pas trop nous attacher, c'est d'une part pour laisser une chance aux oiseaux de rester sauvages et de se réhabituer sans trop de peine à la vie à l'extérieur du centre. Mais c'est aussi pour nous éviter de trop gros chagrin en cas d'issue malheureuse. Nous savions que Gangster n'allait pas bien, qu'il avait de plus en plus de mal à respirer, que ses jours étaient comptés. Mardi dernier, la vétérinaire a dû prendre la délicate décision de mettre fin à ses souffrances. L'un des chouchous du centre est donc parti rejoindre le paradis des pingouins, troublant le regard de certains...

P4286734web.jpg

11:58 Publié dans Voyages | Lien permanent | Commentaires (1)

Le coucher de soleil de Fred

P5167069web.jpg

«Aujourd'hui, nous avons escaladé la montagne de la Table. Le coucher de soleil était magnifique... Décidément, j'adore ce voyage!»

P.S. Problèmes de connexion, impossible d'ajouter d'autres photos à l'album pour l'instant... Je réessayerai dans quelques heures.

12/05/2010

Apartheid

Après avoir sillonné la péninsule du Cap et dégusté avec délectation les produits de la vigne sud-africaine, il me restait encore une excursion sur ma feuille de route (offerte à tous les bénévoles qui travaillent ici): une balade à travers l'histoire accablante de la région.

19apartheid-web.jpg

Direction le musée du District Six, le premier quartier de Cape Town à être déclaré «Whites only» en 1966. Des milliers de noirs sont déportés vers les banlieues de la ville, abandonnant derrière eux leurs maisons - qui seront détruites par la suite - leur passé et leur dignité. Pour que personne n'oublie cette période sombre du pays, une bonne partie de cette zone n'a pas été rebâtie. Vastes terrains vagues plus éloquents que mille monuments...

Même si l'apartheid est terminé, les ghettos des environs sont encore aujourd'hui surpeuplés. Difficile d'imaginer quiconque habitant ou travaillant dans ces fragiles maisonnettes de bois ou de tôle froissée, s'alignant en étroites rangées sur plusieurs kilomètres...

20township-web.jpg

21township2-web.jpg

Histoire de nous sensibiliser aux mesures prises pour aider cette communauté, notre guide - qui a elle-même vécu l'apartheid en tant que noire - nous amène visiter une crèche réservée aux enfants du quartier. Ou quand un sourire redonne des couleurs à la journée...

22orphelinat2-web.jpg

23orphelinat1-web.jpg

Malgré la misère ambiante, malgré le malaise qui nous envahit en entendant l'histoire douloureuse du pays - qui résonne d'ailleurs tristement avec celle de la Nouvelle-Zélande et surtout de l'Australie, où des générations entières d'indigènes ont été dépouillées de leurs terres et de leurs biens - une atmosphère légère règne dans ces quartiers. Artisans qui hèlent le passant, sourires, plaisanteries, jeux d'enfants. Un signe que l'Afrique du Sud parviendra un jour à surmonter son passé?

11:47 Publié dans Voyages | Lien permanent | Commentaires (2)