Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/03/2010

Une vie de citadine

Une nouvelle étape de mon périple vient de s'achever: Mélanie s'est envolée jeudi dernier pour la Suisse. Peine à l'âme et larme à l'œil... Ensemble 24 heures sur 24 un mois durant, nous voilà séparées. Snif...

Pour me remettre de mes émotions et décider de la suite du programme, je passe quelques jours tranquilles à Christchurch, la ville la plus importante de l'île du sud. Pour la première fois depuis longtemps, je mène une vie de citadine. Chaque matin, direction l'Internet café, situé au pied de la cathédrale. J'ai déjà adopté un chemin de prédilection pour m'y rendre. Après une petite session sur la Toile, je me balade dans le centre-ville qui respire à présent un parfum de familiarité, je traine dans les boutiques, je m'aventure dans un musée, je prends part à une visite guidée des quartiers historiques, j'assiste à une partie d'échec ou à un spectacle des rues...

L'autre soir, grande joie, je suis même allée au théâtre. Petit bijou de pièce néo-zélandaise (Homeland, de Gary Henderson) qui, tout en offrant une immersion dans le monde rural du pays, traite avec brio d'un sujet universel - l'entrée en maison de retraite d'un vieil homme dont les enfants ne peuvent plus s'occuper. Justesse du ton, des sentiments. Et magistrale interprétation. Là encore, quelques larmes arrachées... à toute l'audience, d'ailleurs!

Demain, je repars pour Picton, point de départ du ferry pour l'île du nord. Mais avant de traverser le détroit de Cook, je compte travailler quelques jours dans une ferme biologique de la région, comme je l'avais fait en Argentine. Après la vie de citadine, retour aux champs! Je vous tiendrai au courant, en fonction des connexions internet...

P.S. En parlant de connexion, elle n'est pas très bonne aujourd'hui, pas moyen d'ajouter des photos... De toute façon, j'ai été assez paresseuse ces derniers temps, je n'en ai pas fait beaucoup.

04:52 Publié dans Voyages | Lien permanent | Commentaires (3)

23/02/2010

La preuve en images

Quand je vous le disais, qu'on traversait chaque jour un nouvel univers... 

La plage de Punakaiki
43punakaiki1-web.jpg
 
Les éléments se déchaînent...
44punakaiki2-web.jpg
 
Punakaiki toujours, dos à la mer
45punakaiki4-web.jpg
 
Abel Tasman National Park
46abeltasman2-web.jpg
 
A nous les palmiers!
47abeltasman1.jpg
 
Les goélands de Kaiteriteri
48abeltasman3-web.jpg
 
Ambiance portuaire à Picton
49picton1-web.jpg

07:30 Publié dans Voyages | Lien permanent | Commentaires (2)

17/02/2010

Chaque jour un nouveau monde

Samedi dernier, nous avons pris congé de nos charmants hôtes. Merci encore, Bob et Margaret, pour votre accueil chaleureux, votre soutien en cette période difficile, votre gentillesse de tous les instants. Peu de gens auraient recueilli ainsi deux inconnues. Et nous nous serions senties bien seules sans vous. Une belle rencontre, qui restera à jamais gravée dans notre mémoire et notre cœur.

Nous voilà donc à nouveau sur les chemins, les yeux grands ouverts, à l'affût des mille et une merveilles de ce pays. Vous en connaissez beaucoup, vous, des endroits où, au sortir d'une forêt au parfum tropical, on vous pointe du doigt un glacier? Des villages où des arbres aux allures de palmiers flirtent avec les sommets enneigés? La Nouvelle-Zélande ne cesse de nous étonner, et chaque jour nous plonge dans un nouvel univers. Que dis-je, chaque jour? Il suffit de parcourir quelques kilomètres seulement pour se voir transporté des plaines vallonnées du Seigneur des Anneaux, aux plages de sable fin de la Mer de Tasman. En longeant au passage des lacs nichés au creux de montagnes noires, et des rivières qui chantent encore aujourd'hui des légendes de chercheurs d'or...

Demain, encore un nouveau monde à explorer. Direction Punakaiki et le parc national Paparoa. Des noms qui, à eux seuls, suscitent la rêverie...

P.S. Quelques nouvelles photos à découvrir dans l'album.

07:24 Publié dans Voyages | Lien permanent | Commentaires (3)

10/02/2010

Accident de parcours

Bon. Passons aux aveux: après tous mes beaux discours sur cette nouvelle façon de voyager, en toute liberté, nous voilà redevenues piétonnes, ou plutôt tributaires des transports en commun. Notre cher minibus, tout juste baptisé, a terminé sa course au bord d'une route, contre un talus. C'est moi qui conduisais...

Côté blessures, rien de très grave, rassurez-vous. Quelques os cassés, quand même: la clavicule pour Mélanie et pour moi le nez. Et toutes les deux un peu secouées.

Mais le voyage continue! A un rythme plus lent, tout simplement. Pour l'heure, nous nous remettons encore du choc à Gore, une petite ville du sud. Nous avons eu une chance inestimable: un des médecins de l'hôpital où nous avons été soignées nous a accueillies chez lui, avec sa femme. Un couple charmant, sans lequel l'épreuve aurait sûrement été plus dure à traverser.

L'occasion aussi pour nous de nous imprégner un temps de l'atmosphère rurale de la Nouvelle-Zélande. Samedi dernier, nous avons assisté à la fête agricole locale, où moutons, choux, tracteurs et œufs étaient jugés et récompensés sur des critères que nous n'avons pas encore très bien compris.

Finalement, nous abordons un aspect du pays à côté duquel nous serions certainement passées sans cet accident. En tout cas, nous essayons de prendre les événements avec philosophie. Samedi prochain, nous poursuivrons notre chemin. Direction Queenstown, le lac Wanaka et la côte ouest, avant de remonter vers le nord.

P.S. J'ai mis quelques nouvelles photos dans l'album - quelques unes prises avant l'accident, d'autres à Gore et d'autres encore de notre toute récente excursion au Milford Sound, l'un des plus beaux fjords du pays.

07:56 Publié dans Voyages | Lien permanent | Commentaires (4)

03/02/2010

On the road

Nouveau pays, nouvelle façon de voyager... A bord de notre maison sur roues - baptisée Sweet potatoe (un nom bizarre, je vous l'accorde, mais choisi avec soin. L'explication est toutefois un peu trop longue et tordue...) - nous arpentons les routes de Nouvelle-Zélande, nous arrêtant au gré de nos envies.

J'ai souvent entendu dire qu'ici, l'important n'est pas la destination, mais le trajet. Certes, cet adage s'applique à de nombreux pays. Mais j'ai l'impression qu'il est d'autant plus vrai chez les Kiwis. Alors oui, nous avons dessiné un semblant d'itinéraire: l'île est si grande et offre tant de merveilles à admirer, qu'il est indispensable de s'organiser. Sans toutefois oublier de garder les yeux grands ouverts sur le chemin.

Et de s'émerveiller devant ces mille petites beautés qui, je pense, valent tout autant qu'un fjord ou un glacier. Devant ces petits villages côtiers, traversés à la sortie de Christchurch, qui étalent leurs maisons blanches et leurs échoppes le long du Pacifique. Devant ces mêmes côtes dénuées de toute civilisation, qui donnent tout son sens à l'expression, «en avoir le souffle coupé». Devant ces silhouettes d'oiseaux qui se découpent sur la couleur turquoise d'un lac de montagne. Devant ces curiosités géologiques, énormes boules à la surface nervée, parsemées sur une plage de sable doré.

A ces milles petites beautés s'ajoutent mille petits plaisirs inattendus. Déguster un fish and chips, à même le papier, face à la mer; assister au concert d'une fanfare en compagnie de locaux, sur un stade ensoleillée; fouiner dans une librairie pour dégoter un ouvrage de l'écrivaine du coin (et finalement décider de ne pas l'acheter...). Mille petits riens, comme j'aime à les appeler (j'en ai déjà une valise pleine de mon aventure sud-américaine), qui nous accompagnent tout au long de notre voyage...

P.S. L'album "Nouvelle-Zélande" est désormais en ligne!

04:37 Publié dans Voyages | Lien permanent | Commentaires (5)