Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/05/2008

Envol

(Texte écrit le 22 avril 2008)

Oh mon Dieu! Ça y est… Je vois mon rêve se réaliser.  Concilier mes deux activités préférées, écrire et voyager. A ma portée. Plus que quelques détails à régler. Suis-je bien éveillée? Serais-je victime d’un tour, savamment orchestré par mon esprit, mes envies, ma folie? Ai-je tout imaginé? Non: aujourd’hui, mardi 22 avril 2008, on m’a bel et bien proposé de partir à l’étranger. De partir, découvrir, décrire, raconter, partager. De partir et écrire, dans le but d’être publiée.
Griserie, incrédulité, confusion, sérénité: les sentiments se mêlent et s’entremêlent, je suis anesthésiée. Je suis assise dans ce train qui me ramène à Zurich, je vois le paysage défiler, je fixe cet écran, ces mots, ces pensées. J’ai du mal à m’y raccrocher. Je divague, je m’égare…
D’une idée un peu folle, de quelques phrases alignées dans un fichier intitulé «Projet», d’un rêve devenu peu à peu nécessité, une réalité a émergé. Difficile à appréhender, mais qui m’enveloppe d’un doux sentiment de fierté.

21:52 Publié dans Digression | Lien permanent | Commentaires (3)

03/05/2008

Déclaration

Pourquoi l'Angleterre, me demande-t-on? Bonne question. Quand a débuté cette brûlante passion?

Je ne prétendrai pas qu'elle remonte à mon enfance, que déjà petite, je me languissais de paysages britanniques. Non. Pour utiliser la langue de Shakespeare, il ne s'agit pas d'une childhood romance. Quand, alors? A l'université, lorsque j'ai commencé à étudier ces romans qui m'ont fait voyager, dans l'espace et dans le temps? En Ecosse, quand j'ai été immergée, 24 heures sur 24, dans ces paysages campagnards, bucoliques, tragiques, sombres, gais, lumineux, pluvieux, historiques...? Bien avant, à l'adolescence, lorsque j'ai découvert les héroïnes de Jane Austen et des soeurs Brontë, que mon coeur a battu à l'unission avec les leurs? 

Je ne sais pas... Peut-être est-ce tout cela à la fois. Non pas un coup de foudre, soudain et fulgurant, mais la lente construction d'un amour éternel et profond.

Quant au voyage dans ces contrées, je crois que je l'envisage comme une excursion dans le passé. Une incursion dans mes romans préférés. Une occasion de croiser, à chaque détour de chemin, les soeurs Bennet et Richard III, Charlotte Brontë et Robin des bois, des Normands et des Saxons, Elizabeth Ière et Richard Coeur-de-Lion...

14:29 Publié dans Digression | Lien permanent | Commentaires (1)

08/04/2008

Rêve ou projet?

Ça peut paraître dingue, ça peut paraître fou… Mais l’idée de partir, à l’aventure, à l’étranger, me séduit de plus en plus, m’apparaît comme une évidence, une nécessité. Parcourir l’Angleterre à pied, tel est mon rêve… Mon projet? De plus en plus, je le vois se concrétiser. Fantasme ou réalité? Je réfléchis, je planifie, je calcule, je rêve éveillée. Partir, mais pas en vain. Partir et écrire, deux idées qui se rejoignent, s’entremêlent. Partir, découvrir, décrire, raconter, partager. Rêve ou projet? J’ai acheté un guide. Un pas vers la réalité? J’ai dessiné l’ébauche d’un itinéraire. Restera-t-il à l’état de croquis? Mes pieds me démangent, mon cœur s’emballe, mon esprit est déjà parti. Mon corps le suivra-t-il? Comment détecte-t-on, dans la vie, le moment où il faut savoir saisir une opportunité? Quels sont les signes? Comment les voir, les entendre, les sentir? Qui dois-je écouter? Eternel dilemme: le cœur… ou la raison? Et si, pour une fois, ces deux-là se mettaient d’accord? L’Angleterre à pied… Rêve ou projet?

22:48 Publié dans Digression | Lien permanent | Commentaires (5)

19/03/2008

Oiseaux

Depuis mon voyage en Cornouailles, en août 2004, c'est devenu quasiment une obsession. Une fascination. Saviez-vous que c'était dans cette partie de l'Angleterre que Daphné du Maurier avait imaginé sa nouvelle "Les oiseaux"? Laquelle a donné naissance au film du même nom d'Hitchcock… Eh bien, une petite visite des environs suffit à comprendre pourquoi l'écrivain a été inspiré. Un coup d'œil aux goélands déchaînés, n'hésitant pas à fondre sur les touristes imprudents pour grappiller quelque morceau de fish and chips à même la main, convainc. Et leur façon de se percher sur les toits des maisons, le regard attentif – au diable la mesure, disons même menaçant –, a de quoi vous flanquer des frissons.

Depuis ce jour, que ce soit sur les côtes escarpées d'Angleterre ou de Bretagne, sur les rives d'un lac, dans les zoos ou les volières, je contemple les oiseaux. Je pourrais rester des heures à les observer s'envoler, naviguer sur les eaux calmes ou agitées, lutter contre le vent, fondre sur une miche de pain oubliée, picorer, plonger. Et à chaque fois qu'ils m'en laissent l'occasion, je tente de les capturer sur un cliché.

22:29 Publié dans Digression | Lien permanent | Commentaires (0)

16/03/2008

"Into the wild", de Sean Penn

L'histoire a de quoi faire rêver... Un jeune qui plaque tout, part sur les routes, à l'aventure. Raz le bol de la société. Un sentiment bien familier, n'est-ce pas? Ce désir de s'évader, de vivre autre chose, sans pouvoir vraiment définir ce que c'est. L'essentiel résidant plutôt dans le mot "autre": irrésistible besoin de changer.

Bref, ce jeune se lance et on l'envie. On envie les rencontres, les expériences, la liberté. On l'envie, tout en sachant très bien que la fin ne sera pas heureuse, tout en étant conscient que qu'il ne détient pas forcément la vérité. Lui, au moins, est allé au bout de son idée.

Cela faisait longtemps qu'un film ne m'avait pas à ce point touchée, parlé. Non pas que je compte imiter Chris McCandless, mais son histoire m'inspire... A méditer.

12:29 Publié dans Digression | Lien permanent | Commentaires (4)