Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/03/2008

Sur les traces des soeurs Brontë (suite et fin)

Passées les dernières maisons du village, me voilà plongée dans une gravure typiquement anglaise. Le tableau est complet: collines vert tendre, fermes isolées, et surtout, moutons au lourd pelage blanc, qui allongés en troupeaux, qui s’aventurant sur des rochers, qui intrigués par le passage du visiteur.
Le chemin se fait bientôt plus étroit, s’enfonce dans une vallée. Au bout, un trésor, l’un des lieux cultes des sœurs Brontë: un petit pont et une cascade, baptisés en leur honneur. Un havre de paix, où, tour à tour, elles se sont installées pour écrire ou méditer. Un endroit dont le silence n’est occulté que par le seul murmure du ruisseau. Me suffirait-il de m’asseoir ici pour recevoir l’inspiration littéraire dont elles semblent avoir bénéficié?
Poursuivons le chemin. Gravissons le sentier de l’autre côté de la vallée. Traversons ces champs peuplés de moutons, escaladons ces barrières les empêchant de vagabonder, longeons ces murets. J’approche du but, j’aperçois des ruines au sommet de cette nouvelle colline. Le voici donc, ce lieu dont s’est imprégnée l’une des œuvres majeures du dix-neuvième siècle. Les voici donc, ces landes où se sont déchirés ces personnages imaginaires mais ô combien réels. Le voici donc, ce vent qui a donné son titre au roman. La bâtisse est en ruine, piétinée insolemment par des moutons indifférents, avec pour seuls compagnons deux arbres désolés. L’atmosphère n’a pas changé. Isolement, mélancolie, violence des sentiments: tout y est. Solidaire, le ciel a viré au gris. Me voilà précipitée dans un roman des sœurs Brontë.

Fin

17:14 Publié dans Récits | Lien permanent | Commentaires (3)

23/03/2008

Sur les traces des soeurs Brontë (suite)

Première visite: le presbytère, réaménagé en musée. La vie des sœurs Brontë y est exposée, certaines pièces plongent le visiteur dans le passé. Aucune peine à imaginer Charlotte griffonnant quelque lettre à son bureau; Emily contemplant, rêveuse, les landes qui s’étendent à perte de vue derrière la maison; Anne, les yeux fixés sur ses aînées. Atmosphère chaleureuse, que cette dernière a eu du mal à quitter: elle raconte d’ailleurs ses douloureuses expériences de gouvernante  – pénible sentiment de homesickness – dans son roman «Agnes Grey».
Je sors… et me voilà face à une étendue de verdure vallonnée, peuplé d’arbres isolés, terrain de jeu des sœurs Brontë. Déjà, on devine le paysage solitaire et tourmenté des «Hauts de Hurlevent». Mais une marche de plus de deux heures me sépare du lieu exact où Emily a puisé son inspiration. Elle et ses sœurs n’hésitaient jamais à s’y aventurer. Le Dieu anglais nous ayant gratifié d’un temps clément aujourd’hui, je me lance sur le chemin que la petite famille a maintes fois emprunté.

A suivre…

15:08 Publié dans Récits | Lien permanent | Commentaires (1)

18/03/2008

Sur les traces des soeurs Brontë

Septembre 2006: direction le Yorkshire, en compagnie de Marlyse. Objectif: explorer le pays des sœurs Brontë. Voilà le compte-rendu de ce voyage. Petite particularité: ce récit sera composé de plusieurs épisodes…
N'oubliez pas de visiter l'album correspondant!

Un village aux rues pavées, des relents du passé: la bourgade d'Haworth dans le Yorkshire n'a certainement pas beaucoup changé depuis que les sœurs Brontë l'ont quittée au milieu du dix-neuvième siècle. Tandis que je m'essouffle en gravissant la rue principale, je songe à Emily, Charlotte, Anne, à toutes les fois où elles ont parcouru ce chemin pour atteindre l'église et le presbytère de leur père. Leurs yeux se sont posés sur les mêmes bâtisses, leur pas ont arpenté les mêmes pierres. Elles aussi sont passées devant ce pub – le Black Bull – où leur frère se saoulait, devant cette boutique d'apothicaire – aujourd'hui entièrement reconstituée – où il s'approvisionnait en laudanum.
Me voilà sur la place du village. Devant moi, l'église, le cimetière, le presbytère. Le domaine des sœurs Brontë. Durant leur courte vie, elles s'en sont rarement éloignées, et pourtant leurs romans sentent l'aventure. Enfants, elles ont créé un monde imaginaire, uniquement inspirées par ce village et ses environs. L'envie de mieux les comprendre m'a poussée à entreprendre le voyage… Ma curiosité sera-t-elle satisfaite?

A suivre… quel suspense! ;-)

21:40 Publié dans Récits | Lien permanent | Commentaires (2)